La réalité dévoilée…et l’ennemi identifié

0
32

NOTES DE LECTURE

Deux ouvrages viennent de paraître aux Editions La Nouvelle Librairie https://nouvelle-librairie.com/ dont la lecture est essentielle…et de surcroît fort agréable.

Le premier L’Islam sans voile d’Alain de Peretti, responsable et animateur de Burdigala Presse Officiel et de Vigilance Halal, préfacé par Philippe Conrad, est le fruit de la Conférence de formations réalisée pour les jeunes de l’Institut Iliade.

La préface de Philippe Conrad est un récapitulatif historique, de sa naissance jusqu’à la période contemporaine, du conflit permanent de l’Islam contre l’Europe à des fins… « De grand remplacement ».

L’écrit d’Alain de Peretti est un dictionnaire de l’identité, dans toutes ses composantes de cette pseudo-religion dont Voltaire (p 64) disait déjà « l’Islam est animé par la rage de la malfaisance. Rien n’est plus terrible qu’un peuple qui, n’ayant rien à perdre, combat à la fois par esprit de rapine et de religion ».

Sa déclinaison est d’une très grande clarté et particulièrement exhaustive. Tous les masques sont tombés au terme de cette lecture qui permet d’accéder à une compréhension avérée de l’identité de l’ennemi, de ses manœuvres…et de son insignifiance spirituelle.

De façon anticipée, Claude Lévy-Strauss (p 60) disait dans Tristes Tropiques : « Tout l’Islam semble être une méthode pour développer dans l’esprit des croyants des conflits insurmontables, quitte à les sauver par la suite en leur proposant des solutions d’une très grande (mais trop grande simplicité). En fait, le contact des non-musulmans les angoisse ». D’où ces états pathologiques engendrés par les confrontations civilisationnelles, les contraintes internes etc..  que développent notre auteur.

Et en conclusion celui-ci cite avec justesse Monsieur de Montesquieu « La religion mahométane qui ne parle que de glaive agit sur les hommes avec l’esprit destructeur qui l’a fondé » et Bossuet « L’islam, cette religion monstrueuse, a pour toute raison son ignorance, pour toute persuasion sa violence et sa tyrannie, pour tout miracle ses armes ».

Jean Louis Harouel

Le second, l’ouvrage de Jean-Louis Harouel, Professeur émérite d’Histoire du Droit à Panthéon Assas, auteur d’une vingtaine de livres…à déguster intellectuellement, L’Islam est-il notre avenir ?,  complète et étend sur un mode combinant histoire, philosophie et anthropologie des religions le précédent. La référence dans son introduction à l’assassinat du Professeur d’histoire, Samuel Paty, puis à l’assassinat quelques semaines plus tard de trois fidèles à Nice, dans la basilique Notre Dame de l’Assomption, anticipe sur les développements ultérieurs.

L’esprit de conquête de l’Islam contre l’Europe (« Combattez dans le chemin d’Allah » prescrit le Coran) est souligné comme le moteur de son histoire et celle de son désir initial de conquête du monde…et de l’Europe aujourd’hui. Jean-Louis Harouel développe précisément les différences entre l’identité musulmane et l’identité chrétienne (et ses développements civilisationnels). La rationalité introduite par le christianisme, dan la dissociation du matériel et du spirituel, a engendré l’essor scientifique et technique de l’Europe. « La désacralisation du monde, son désenchantement, ont permis à la chrétienté occidentale d’inventer progressivement la modernité scientifique, technique et économique, engendrant du même coup la civilisation la plus riche et plus puissante ayant jamais existé jusqu’alors dans l’histoire du monde »….

Ce que le poète Pierre Oster a appelé « le miracle chrétien ».

A contrario, Jean-Louis Harouel explique « la stase millénaire du monde musulman », il explique que celui-ci n’invente rien, ne vit que de ses pillages et des conquêtes. La fixité du monde musulman est issue de la non dissociation de sacré et du profane…non existant dans la religion qui ne promeut que des perspectives exclusivement religieuses : La loi islamique étant globalisante et incarnant une vérité divine révélée. Sa perfection est donc indépassable. « Pour l’Islam, la cité idéale s’est déjà réalisée du la terre : c’est la cité musulmane telle que l’a fondée le prophète »

Cette intrication du politique et du religieux qu’analyse parfaitement J.L Harouel caractérise parfaitement l’Islam…et les entreprises islamiques qui en découlent. Ainsi est décrit le « le caractère ultra-discriminatoire de l’Islam », « l’impossible sortie de la religion du monde musulman ». L’islam préservé de toute contestation (des croyants) par la peur »..Et « l’Europe affaiblie par la soumission du politique à un néo-religieux suicidaire » : La religion sécularisée alimentant la religion séculière ou religion politique.

J.L Harouel explique très précisément comment le pouvoir politique est paralysé par le néo-religieux droit-de-l’hommisme, niant ou masquant la réalité décrétée impossible. Il démontre que les droits de l’homme sont devenus l’instrument de la conquête musulmane…que les états occidentaux se refusent à voir et à nommer comme telle.

JL Harouel souligne en conclusion que si n’intervient pas un sursaut salvateur quant à la perception de cette conquête le « jour de deuil arrivera » de la prise de pouvoir par l’Islam et « le commencement d’un très long hiver ».

Cette conclusion épouse celle d’Alain de Peretti évoquant cette pseudo-religion des opprimés promue par les droits de l’hommistes en substitut d’un prolétariat disparu et afin de créer un moyen puissant de détruire l’ancien monde.

Pour autant nous ajouterons une nuance à de telles conclusions : est-ce vraiment le souhait de Davos et de ses « animateurs » (sic !!!) de la société spectaculaire marchande ?

Deux ouvrages à lire absolument et à diffuser autour de soi.

Daniel Cosculluela.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.