DANGER : 2 ans et accrocs à Tik-Tok !

0
201

Crise sanitaire et confinement obligent, le temps d’écran des Français a considérablement augmenté ces deux dernières années. Si les données peuvent s’expliquer pour les adultes, les statistiques concernant les jeunes enfants apparaissent beaucoup plus alarmantes.

Instagram, Snapchat, TikTok… Les adolescents ont vu fleurir, ces dernières années, des plateformes qui leur sont dédiées. Désormais les géants du Net ciblent les enfants encore plus jeunes. Ainsi, Youtube a lancé Youtube kids en 2015 (2016 en France) avec des vidéos spécifiquement dédiées aux mineurs.

Inutiles de chercher les commentaires, ils ne sont pas autorisés sur ce site. Le contenu de la plateforme se divise en trois catégories : les 8-12 ans, les 5-7 ans et les tout-petits de 4 ans et moins. Cette dernière division peut interroger.

L’institut IPSOS et l’association Unis pour les Familles (UNAF) ont commandé une étude dont les résultats effraient. 43 % des enfants de 0 à 2 ans utiliseraient Internet. Ces chiffres gigantesques progressent évidemment avec l’âge (57 % entre 3 et 6 ans, 85 % entre 7 et 10 ans). Mais les bambins regardent également des films (24 %) et des séries télévisés (22 %). Cela s’explique par l’envie des parents d’occuper facilement leur enfant (83 % justifient ainsi le choix de laisser leur enfant devant un écran).

Pourtant le CSA, le Ministère de la Santé ou l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique déconseillent fortement l’usage de la télévision avant l’âge de 3 ans. L’écran limiterait le développement moteur de l’enfant en le soumettant à un rôle passif.

Devenus un élément central de la vie des adultes, les réseaux sociaux touchent désormais les plus jeunes. Selon la même enquête, les jeunes de 11 à 14 ans utilisent 3,6 réseaux sociaux en moyenne contre 2,5 pour les 7-10 ans. Plus impressionnant encore, ces derniers y seraient 28 % à être inscrits.

Pourtant, la loi française prohibe ce genre de comportement. Depuis 2018, la loi relative à la protection des données personnelles (RGPD) limite l’inscription sur ces sites internet aux mineurs de plus de 15 ans. De 13 à 15 ans, cela reste possible avec l’accord parental, mais pas en dessous. Problème, la majorité des parents ne sait pas que leur enfant utilise des réseaux sociaux (9 % pour les enfants 7-10 ans). Ces données soulignent l’incompréhension et l’écart générationnel autour de la question du Net. Un décalage qui semble aujourd’hui de plus en plus dangereux.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.