L’écopastoralisme et la fin des pesticides.

0
190

La ferme conservatoire de Leyssart existe depuis 1987. Sa raison d’être : la sauvegarde des races alors non reconnues officiellement et en voie de disparition. Dominique Massoubre, berger en gironde, nous en dit plus sur ce qui l’a mené à l’écopastoralisme…

DM : En 1987, ce qui nous intéressait c’était de sauvegarder un patrimoine génétique qui n’intéressait personne. A l’époque, il existait quelques programmes de conservations, mais un énorme travail restait à faire, des races n’étaient pas reconnues officiellement, les inventaires n’étaient pas fait, certaines variétés étaient inconnues ou n’avaient jamais fait l’objet d’une mention. Nous étions des précurseurs, et nous nous sommes dit que l’agriculture changerait peut-être un jour d’orientation, et qu’on aurait peut-être un jour besoin de moutons qui, par exemple, ne mangeraient que de l’herbe, et qui ne seraient pas nourris à l’auge avec des granulés pour engraisser.


Dominique Massoubre, Petra son chien et ses brebis lors d’un changement de parcelle.Photo AdB

BP : Comment avez-vous fait ?

Ces races étaient condamnées par les formes modernes de l’agriculture toujours plus productiviste. Le constat de voir disparaître ces anciennes races, objet de longues années de sélection par des générations de paysans, adaptées à des milieux difficiles et base de l’agriculture paysanne nous révoltait.

On a donc mené des expériences pour garder des animaux uniquement nourris au pâturage. Cela nous a ainsi permis de maintenir des terrains entretenus par les bêtes.

Ainsi, grâce à notre persévérance, nous avons formé de nombreux troupeaux, à partir du notre. La ferme conservatoire de Leyssart est devenue, entre autre, un troupeau pépinière. Elle propose à de nouveaux éleveurs ce type de troupeau.


Le berger Dominique Massoubre devant son troupeau avec ses pieds, Petra, son chien. (Photo AdB)

BP : Quel est l’intérêt du pâturage itinérant ?

Un problème s’est rapidement posé pour l’entretien des animaux : l’exploitation de la ferme conservatoire est très réduite (10 ha en propriété). En 1994, nous avons donc mis en place un système de pâturage itinérant où les troupeaux se déplacent vers des pâturages inutilisés (friches, bois et prairies) ou font des passages sur des terres cultivées entre deux cultures de céréales, ou même des vignes l’hiver.

L’intérêt du pâturage itinérant, c’est de proposer aux bêtes un pâturage nouveau chaque jour. L’herbe est propre, et les bêtes se nourrissent avec un véritable plaisir. Les animaux sont heureux de vivre. Ils mangent une herbe de grande qualité, ils ne subissent aucun stress. Chaque année, ils vont sur 3 à 4 000 hectares. Les circuits que les bêtes suivent traversent des terrains sur lesquels l’herbe est très haute, il y a beaucoup à manger, les bêtes restent trois heures, donc il n’y a pas énormément de déplacement.

Régal de moutarde sur son lit de pousses fraiches (Photo AdB)

BP : Pour quel type de terrain êtes-vous appelés ?

L’hiver, les propriétaires qui nous demandent de venir sont des viticulteurs, bien sûr, mais aussi des propriétaires de terrains qui serviront à la fauche, il y a parfois des céréaliers qui entre deux cultures sont intéressés par les passages des animaux. Il faut dire que non seulement grâce au passage de mon troupeau, les champs sont nettoyés, mais il y a aussi une fumure qui est ajoutée au sol. De nombreux agriculteurs savent qu’autrefois il y avait des animaux partout, et que la fumure venait en partie d’eux. La particularité apportée par les moutons et les chèvres, c’est l’azote, comme dans tous les fumiers, mais il y aussi du phosphate, qui est devenu un élément minéral difficile à trouver, puisque toutes les mines de phosphate au monde ne sont plus exploitées, car elles ne sont plus rentables. On se creuse la tête pour savoir où on va trouver des phosphates pour l’agriculture, et bien voilà, dans la fumure des chèvres, il y en a une certaine quantité.

AdeB

Reportage vidéo complet

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.